Passeurs de mots, créateurs de liens.

Vendredi 22/09/17

Remise du Grand le Prix de littérature du lycée agricole de la Provence Verte

Une critique littéraire m’a dit l’été dernier : « un concours d’écriture dans un lycée agricole ! Ma pauvre ! Jamais tu n’auras suffisamment de participants ...Alors de là à faire un livre!»

 

Si je commence en vous racontant cette anecdote, ce n’est pas pour régler mes comptes mais pour militer contre les préjugés dont souffrent les lycées professionnels, le monde de l’apprentissage, mais aussi nos campagnes et de manière plus générale la vie rurale et le monde paysan.

L’idée du concours d’écriture et du prix de littérature nait dans un train qui nous ramène du salon de l’agriculture de Paris en mars 2016. L’Association des Ecrivains et Artistes paysans de France nous demande alors d’organiser en septembre 2017 son congrès annuel à Correns, notre lieu de résidence. Réunir les deux générations à savoir les membres de L’AEAP et les élèves d’un lycée agricole de belle renommé et d’apprentissages très qualitatifs, s’impose naturellement. Ces rencontres inter générationnelles allaient permette des partages d’expériences et de valeurs, des échanges entre des apprentis paysans et des paysans plus expérimentés qui transmettent cet amour de leur discipline au travers de leurs œuvres.

Nous sommes convaincus que l’écriture est libératrice et source de confiance en soi pour tout un chacun. Elle offre une véritable altérité et une grande synergie.

Nous sommes convaincus que chaque être a des choses importantes et belles à dire.

Nous sommes convaincus que cet exercice est essentiel à l’épanouissement de ces élèves, valorisant leur condition, augmentant aussi leur potentiel d’estime de soi et de leur pratique envers la terre.

Alors nous avons pris ensemble, l’AEAP, Christian Brayer, son équipe enseignante et nous-mêmes, le pari de faire écrire ceux qui écrivent peu, ceux qui ne croient pas trop en eux.

De septembre 2016 à avril 2017, nous avons travaillé avec 76 élèves allant de la 4ème à la terminale, en ateliers hebdomadaires et en internat le soir. Chaque élève a été parrainé par un écrivain de l’AEAP. Les thèmes de la terre et de la ruralité ont été exploré sous différentes formes assez libres, la seule contrainte étant d’écrire ou au moins de dire ! Parfois sous leur dictée nous avons écrit, nous avons corrigé, nous les avons

 

Dossier de Presse

aidées à voyager en eux...Poèmes, lettres, citations, slams, haïkus, nouvelles furent abordés... Et tous les élèves ont rendu un écrit. Pour nous la réussite de ce concours est indéniable.

Nous avons aujourd’hui l’immense joie de vous présenter deux ouvrages qui portent le même nom : La terre c’est ma mère ( choisis à une seule voix par le jury) du titre d’un poème écrit par Jauris Bonnard.

S'abonner à la newsletter

Envoi du formulaire...

Le serveur a rencontré une erreur.

Formulaire reçu.

À PARAÎTRE

LE CAFÉ DES FEMMES

de Géraldine Galabrun.

L’écriture, un lien social qui donne confiance en soi.

 

Une étude réalisée en mai 2016 par la Fondation du Forum Economique Mondial dresse une liste des compétences indispensables attendues d’un étudiant du XXIème siècle. Afin d’être mieux en mesure de répondre aux exigences du monde du travail et en adéquation avec le monde environnant la Fondation affirme que toute personne cherchant un travail doit avant toutes compétences confondues, être apte à collaborer avec ses collègues, communiquer avec eux et les écouter, pouvoir l’écrire et le dire afin de résoudre des problèmes ou d’évoluer en équipe. L’étude affirme que ces aptitudes se développent principalement grâce à l’apprentissage social et émotionnel. On demande de savoir lire et compter, une culture économique, sociale, générale et civique certes mais surtout on met en avant l’esprit critique, la communication et la créativité, soutenues par la curiosité, le sens de l’initiative, l’aptitude à la résilience et l’amour de l’autre. Combinées aux compétences traditionnelles, cet apprentissage (parce que c’est un apprentissage selon l’étude et non un don de naissance) social et émotionnel s’avère un levier de premier choix visant également à faire croître l’estime de soi et la confiance pour celui qui l’apprend et le pratique.

 

Il faut repenser l’anthropologie de l’homme paysan, en ce sens premier ( du grec anthropos : homme et logos : parole ) qu’elle définit son humanité sous ses aspects à la fois physiques et culturels, face à ses croyances, sa santé, la durabilité de son environnement, sa mémoire, son passé, son avenir ...Un phénomène de renaissance est en train de se mettre en œuvre, plaçant des valeurs plus abstraites mais non marginales au cœur de l’éducation et de l’apprentissage : estime de soi et confiance, émotion, communication et écoute, empathie...

Vendredi 11/07/15

Sortie du livre ''Esprit de cuisine'' -

En vente à Correns et dans vos librairie habituelles.

 

Notre village, Correns, premier village biologique de France, s’est lancé depuis quelques années dans l’élaboration d’un Agenda 21 (plan d’action pour le xxie siècle) sous la forme d’une association « Correns 21 ». Il traduit un engagement de la population au travers de l’environnement, de l’économie, de l’éducation, aidant les hommes à donner un sens à leurs actes en les développant durablement. Un des axes que nous, bénévoles, privilégions dans cet Agenda 21, est le maintien d’un lien entre les générations.

C’est pour illustrer cette volonté et permettre aux jeunes gens de découvrir les recettes anciennes de notre patrimoine, qu’est née l’idée de cet ouvrage. Se rappeler d’où l’on vient pour savoir où l’on va. Se rappeler ce que l’on mangeait et comment on le mangeait pour consommer mieux aujourd’hui et demain.

Vendredi 28/11/14

Nous avons eu le plaisir, Pierre-Emmanuel, Sylvain et moi-même Géraldine de vous inviter à l’inauguration de notre Maison d’Éditions Graines d’Argens, fondée à Correns, l’été dernier. Pour cette occasion avons exposé les aquarelles du livre Correns, de Vignes, d’Argens, d’Hommes et de Lumière édité en juillet 2014 et nous vous avons présenté notre travail. Au Fort Gibron à Correns.

Vendredi 13/07/14

 

Géraldine DUBOIS GALABRUN - 06 32 64 12 12

Source photos - Gérard Ghersi

LAFACTORYMENU 2018