Passeurs de mots, créateurs de liens.

 

CORRENS - De Vignes, d’Argens, d’Hommes et de Lumière.

 

Cet ouvrage n’est pas un livre d’histoire ni un précis de sociologie, il n’est pas non plus une thèse archéologique ni un traité de développement durable. Il est encore moins un outil politique. Il n’a pas la prétention de tout dire, ni de tout aborder, mais sachez que ce qui est écrit l’est avec honnêteté. J’ai rédigé, sans laisser à quiconque ma place, la très belle histoire d’un village et de ses habitants, histoire pleine d’espoir, pleine d’idées, trempée dans juste ce qu’il faut de modernité et dans beaucoup d’humanisme. Une histoire d’hommes parmi tant d’autres, voilà ce que raconte ce livre. Une histoire simple mais fascinante. Une histoire unique, où quelque part sur un petit coin de la planète des hommes ont décidé de pratiquer la différence.

 

_________

 

Par :

 

S'abonner à la newsletter

Envoi du formulaire...

Le serveur a rencontré une erreur.

Formulaire reçu.

À PARAÎTRE

LE CAFÉ DES FEMMES

de Géraldine Galabrun.

 

SAINTE-BAUME - De pierres, de feuilles d'or et d'encens.

 

Myriam de Magdala, Marie la Magdaléenne, Marie-Magdeleine ou Madeleine, la Madeleine ou encore Mado est cette même et unique femme, Marie de Béthanie, Marie la pécheresse qui oint Jésus de parfum. Voici les diverses manières par lesquelles la vieille Provence nomme et inscrit le prénom de l’une de ses saintes préférées : Marie-Magdeleine. J’ai pris le parti pour cet ouvrage de l’orthographier comme j’en ai l’habitude et comme il me plaît de le faire pour ne pas l’oublier, c’est à dire avec un «g» à Magdeleine. N’y voyez ni erreur ni originalité. Il s’agit bien là de l’une des écritures possibles du prénom qui fut coutumièrement utilisée en Provence et dans les textes anciens… la modernisation et la simplification de l’orthographe ayant levé le « g ».

 

_________

 

Par :

 

COULANES - Des histoires de fleurs, de terre et d'argile.

 

« Avant tout, Vallauris c’était la poterie, parce que la terre y était vraiment exceptionnelle, de la terre à feu, de l’argile pure.

Mais, au mois de mai, que vous

travailliez au bois, à la terre, à la ville, vous laissiez tout, tout.

L’odeur de l’oranger venait vous tirer de votre maison et tout le monde parfait cueillir la fleur »

 

_________

 

Par :

 

 

 

 

ESPRIT DE CUISINE CORRENS - Premier village BIO de France.

 

« Tour à tour paysans, chasseurs, apiculteurs ou encore chevriers, les Corrensois ont mis en place un authentique patrimoine qui par les familles, les amis, les fêtes se perpétue et se transmet. Ainsi l'acte de cuisiner qui est une offrande de soi aux autres devient un exercice spirituel plein de tendresse. Au travers de rites culinaires, entrecoupés de témoignages et d'élans de générosité, nous allons vous conduire vers une éloge du légume et un hommage aux bêtes des champs et des cours d'eau. Entre soupes et fricots, œufs et fromages, poissons et volailles, salades sauvages ou gibiers nous vous invitons à entrer chez les Corrensois... Un midi à la Grande Pallière, pour un apéritif dans l'atelier d'un peintre, un déjeuner sur l'herbe au bord de l'Argens...»

 

_________

 

Par :

 

 

 

 

LUEURS D'OLIVIERS

 

« Sur mon lopin de terre du Mont Pifourchier, dans l’arrière-pays niçois, on dit que je cultive l’olivier en mode biologique. Moi, j’ai plutôt l’impression que c’est l’olivier qui me cultive, tout naturellement. Il était là bien avant moi et me survivra encore longtemps. Nous faisons juste un petit bout de chemin ensemble. Je l’accompagne, le choie, le respecte et lui me donne des leçons de vie. Nous vibrons tous deux au diapason des ondes de ce beau pays méditerranéen qui nous a enfantés, suspendus dans l’azur entre garrigue et soleil, dans une intime complicité. Il est mon double, l’autre, comme moi.

Paysanne sur la Côte d’Azur, j’ai voulu vous offrir, dans les pages qui suivent, quelques éclats de ce bonheur partagé, quelques lueurs d’oliviers.»

 

_________

 

Par :

 

 

 

 

ÂNES DE PROVENCE QUI EST TU ?

 

« J’ai souhaité bâtir cet ouvrage autour de deux piliers majeurs :

– la célébration de l’Âne de Provence, notre Aliboron du So- leil, qui a traversé les siècles, compagnon de l’homme et témoin des religions monothéistes depuis l’origine.

– le maintien de la Langue Provençale comme trait d’union entre Méditerranéens.

Grâce à la sympathie qu’ils inspirent naturellement, les ânes suscitent de nos jours un regain d’intérêt. Mais ils continuent à être utilisés pour leurs propriétés au travail comme les ânes transhumants qui perpétuent une grande tradition séculaire, les ânes d’Allauch qui labourent encore les restanques, et les ânes du Mount Ventùri qui font connaitre la montagne de Cézanne aux « estrangié » et j’en oublie...»

_________

 

Par :

 

 

 

J.M.JAUSSERAN

 

LA TERRE C'EST MA MÈRE

 

De septembre 2016 à mi-avril 2017, Géraldine Galabrun, Claire Ghersi, partenaire de Graines d’Argens et les enseignants du lycée agricole, ont formé plus de 70 élèves (classe de la 3ème à la Terminale) à l’écriture en ateliers hebdomadaires et en internat le soir, via une approche de la littérature par une œuvre d’écrivain paysan, des sorties sur le terrain avec des rencontres de personnes ressources et des tutorats d’écriture. Chaque élève était parrainé par un écrivain de l’AEAP en vue de rendre une œuvre terminée le 15 avril 2017.

un thème

Le thème était bien sûr l’agriculture, la terre, l’enfance au village, la femme paysanne, la vigne, la nature... Le format était libre : poèmes, textes, citations, slams, haïkus... Et tous les élèves ont rendu un papier : la réussite de ce concours est totale.

_________

 

Par :

 

 

 

LYCÉE PRIVÉ PROVENCE VERTE

 

Géraldine DUBOIS GALABRUN - 06 32 64 12 12

Source photos - Gérard Ghersi

LAFACTORYMENU 2018